Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'imaginarium

les classiques

Le Bourgeois Gentilhomme - Molière

28 Août 2014 , Rédigé par Bibli Donnezac Publié dans #Les Classiques

Le Bourgeois gentilhomme est une comédie-ballet, pièce où se mêlent dialogues, musique et danse, écrite en prose et en cinq actes par Molière, en collaboration avec Lully qui se chargea notamment de la partie musicale. Elle fut représentée pour la première fois le 14 octobre 1670 « pour le divertissement du roi », à Chambord, devant la cour. Le sujet, « une cérémonie turque burlesque », a été imposé à l’auteur. En effet, outre le fait que les turqueries étaient alors à la mode, le roi Louis XIV gardait rancune à un envoyé du Grand-Turc, reçu en grande pompe à Saint-Germain-en-Laye à la fin de l’année 1669, du peu de cas que cet ambassadeur avait fait de la magnificence de la réception. Molière utilise donc ce trompe-l’oeil pour développer la critique des manies d’un parvenu, monsieur Jourdain. 

http://www.lebourgeoisgentilhomme.fr/resume-detaille-du-bourgeois-gentilhomme-partie-1/

http://www.lebourgeoisgentilhomme.fr/resume-detaille-du-bourgeois-gentilhomme-partie-2/

Lire la suite

Dom Juan - Molière

28 Août 2014 , Rédigé par Bibli Donnezac Publié dans #Les Classiques

Comme Le Tartuffe un an plus tôt, en 1664, Dom Juan déchaîne le scandale et soulève les passions. Molière a déjà ridiculisé la société de son temps, précieux, marquis, médecins, dévots. Le personnage légendaire de Dom Juan, figure exemplaire de l’impiété et de l’athéisme, lui offre un sujet plus dangereux encore. Ce grand seigneur et méchant homme est le diable en personne.  Il blasphème, méprise ses créanciers, écrase tout de sa morgue d’aristocrate. Il étincelle d’esprit et de méchanceté. Il séduit mille femmes, nobles ou paysannes, pour les humilier et les jeter après usage. À ses côtés, son valet, l’éternel Sganarelle, est terrorisé par son insolence, son aisance, son cynisme.

Aujourd’hui encore, Dom Juan fait peur. C’est le génie et le miracle de Molière, dont la voix s’élève chaque soir, dans tous les théâtres du monde, pour nous faire rire et frémir.

Lire la suite

Le médecin malgré lui - Molière

28 Août 2014 , Rédigé par Bibli Donnezac Publié dans #Les Classiques

Synopsis

Parce que le public de 1666 ne comprend pas Le Misanthrope, Molière doit lui adjoindre une comédie - un chefs-d'œuvre de plus - dont la verve et la finesse nous enchantent encore. Le sujet du Médecin malgré lui vient d'un conte du lointain Moyen Âge. Une femme se venge de son ivrogne de mari en prétendant qu'il est médecin, ce qu'il n'avoue que sous les coups de bâton. Ce mauvais mari contraint de guérir une fausse muette, c'est Sganarelle. Non plus le Sganarelle ridicule des premières farces, mais un paysan rusé, un peu instruit et beau parleur, effronté comme pas un. Sa lâcheté, sa paresse, sa paillardise : on lui pardonne tout. Il est si pittoresque et si drôle ! Lire Molière, c'est rire avec le plus illustre et le plus aimé des génies français.
Lire la suite

Tartuffe - Molière

28 Août 2014 , Rédigé par Bibli Donnezac Publié dans #Les Classiques

Synopsis

En laissant Tartuffe entrer dans sa maison, Orgon ne pouvait pas imaginer qu'il allait mettre en péril sa fortune, son honneur, son bonheur et l'unité de sa famille. Et pourtant, c'est bien à quoi travaille "l'imposteur", mais toujours à l'insu du maître de maison : si Tartuffe courtise la femme d'Orgon, c'est sous prétexte de l'entretenir de religion ; s'il spolie ses enfants, c'est sous couvert de les remettre dans le droit chemin ; s'il s'approprie les cordons de la bourse, c'est pour mieux organiser la dévotion familiale. Comment, dans ces conditions, Orgon aurait-il pu s'apercevoir de son aveuglement et donner au faux dévot la correction qu'il mérite ? 
Avec Tartuffe, Molière livre une satire grinçante de toutes les hypocrisies, satire qui fait mouche et qui, 300 ans plus tard, reste toujours de mise : en témoignent les mises en scène modernes, qui se succèdent, collant à l'actualité, et le nom de Tartuffe qui est définitivement passé dans la langue comme synonyme d'hypocrite.

 

Lire la suite

L'école des femmes - Molière

28 Août 2014 , Rédigé par Bibli Donnezac Publié dans #Les Classiques

 

Un barbon, Arnolphe, a élevé dans l’ignorance une jeune paysanne, Agnès, afin de pouvoir plus tard l’épouser sans craindre d’elle les infidélités des femmes trop éclairées. Or, de retour de voyage, il rencontre le jeune Horace qui, par un quiproquo qui ne cessera qu’à la fin, l’informe lui-même qu’il s’est épris de sa protégée. Et  Agnès apprend vite à l’école de l’amour.
Le comique de la pièce repose ainsi pour une large part sur la «confidence perpétuelle» que le jeune blondin fait au vieux barbon, et Molière focalise l’attention sur les réactions désopilantes d’Arnolphe confronté à la narration enthousiaste de ses déconfitures : par un procédé neuf, il soumet donc l’intrigueà l’effet qu’elle 

 

Lire la suite

Histoires extraordinaires - Edgar Poe

28 Août 2014 , Rédigé par Bibli Donnezac Publié dans #Les Classiques

Fantastique  - Traduction de Charles BAUDELAIRE

1 - Double assassinat dans la rue Morgue (The Murders in the Rue Morgue), pages 3 à 45, trad. Charles BAUDELAIRE

2 - La Lettre volée (The Purloined Letter), pages 47 à 69, trad. Charles BAUDELAIRE

3 - Le Scarabée d'or (The Gold Bug), pages 71 à 115, trad. Charles BAUDELAIRE

4 - Le Canard au ballon (The Balloon Hoax), pages 117 à 132, trad. Charles BAUDELAIRE

5 - Manuscrit trouvé dans une bouteille (Manuscript Found in a Bottle), pages 133 à 146, trad. Charles BAUDELAIRE

6 - La Vérité sur le cas de M. Valdemar (The facts in the case of Mr Valdemar), pages 147 à 158, trad. Charles BAUDELAIRE

7 - Révélation magnétique (Mesmeric Revelation), pages 159 à 171, trad. Charles BAUDELAIRE

8 - Ligeia (Ligeia), pages 173 à 192, trad. Charles BAUDELAIRE

 

Lire la suite

Boule de suif suivi de Mademoiselle Fifi - Guy de Maupassant

28 Août 2014 , Rédigé par Bibli Donnezac Publié dans #Les Classiques

Jeune homme, Maupassant éclate de santé, de passion pour les femmes et la littérature. La guerre de 1870 avec ses images de honte et d'horreur interrompt cette vie de plaisirs. C'est " l'année terrible ". Il voit tout, enregistre tout. Boule de suif en témoignera plus tard. Pendant l'occupation, un groupe de commerçants, de bourgeois, deux religieuses et un républicain prennent une diligence pour Dieppe. La présence parmi eux d'une grosse prostituée les dégoûte. A la halte de l'auberge, un jeune officier allemand menace de stopper le convoi tant que la fille n'aura pas couché avec lui. La mort dans l'âme, craintive et patriote, elle se soumet... Ce récit rend Maupassant célèbre du jour au lendemain. Fou de joie, Flaubert écrit : " C'est un chef-d'œuvre de composition, de comique, d'observation. " Les voyageurs de la diligence de Dieppe sont désormais des personnages inoubliables.
 

Lire la suite

Le chevalier et la charrette - Lancelot - Chrétien de Troyes

28 Août 2014 , Rédigé par Bibli Donnezac Publié dans #Les Classiques

Quand charrette verras et rencontreras, fais ton signe de croix et de Dieu souviens-toi, qui du malheur te gardera. 

Lire la suite

L'Eden cinéma - Marguerite Duras

28 Août 2014 , Rédigé par Bibli Donnezac Publié dans #Les Classiques

Un bungalow colonial au mobilier banal, très usé, très pauvre. Autour, la plaine de Kam, dans le Haut-Cambodge. Cinq personnages. La mère s'assied sur un siège bas, les autres se groupent autour d'elle. Ils parlent de la mère. De son passé. De sa vie. De l'amour par elle provoqué. La mère restera immobile, lointaine, comme séparée de sa propre histoire. Tout ce qui pourrait être dit ici l'est directement par ses enfants Joseph et Suzanne, par le Caporal et Mr Jo qui l'ont aimée. La mère - objet du récit - n'aura jamais la parole sur elle-même, ni sur sa vie d'enseignante en Indochine, de pianiste à l'Eden Cinéma au temps du cinéma muet, ni sur son existence ingrate, ardue, d'après l'Eden Cinéma. «Elle était dure, la mère. Terrible. Invivable. Pleine d'amour. Mère de tous. Mère de tout. Criante. Hurlante. Dure...»

 

 

L'Eden cinéma
 

 (1977) est une réécriture théâtrale du Barrage contre le Pacifique. Cette pièce a été représenté pour la première fois le 25 octobre 1977 par la Compagnie Renaud-Barrault au théâtre d'Orsay dans la mise en scène de Claude Régy. Le rôle de la mère a été interprété par Madeleine Renaud, Suzanne était Bulle Ogier et Michaël Lonsdale interprétait le rôle de Mr Jo. Les enfants nous livrent la vie de la mère. La mère parle peu c'est ses enfants qui parlent surtout. Un passage poignant celui de la lettre, la mère fait un procès contre le colonialisme, cette concession dont le terrain est incultivable, où de nombreux enfants meurent " Ici il meurt beaucoup d'enfants. Les terres que vous convoitez et que vous leur enlevez, les seules terres douces de la plaine, sont grouillantes de cadavres d'enfants." La pièce met en évidence les moments forts du Barrage. Dans l'Eden Cinéma, Marguerite Duras joue sur différent niveaux de narration. Suzanne joue, elle est présente sur scène mais aussi on entend sa voix dans la mise en scène de Claude Régy la voix de Suzanne n'est pas celle de Bulle Ogier mais celle de Catherine Sellers. Eden Cinéma et Barrage contre le Pacifique parlent de la mère, de son passé, de sa vie.  " Elle était dure la mère. Terrible. Invivable. Pleine d'amour. Mère de tous. Mère de tout. Criante. Hurlante. Dure ..." L'écriture de Marguerite Duras est sans émotion, sans compassion, une écriture assez distante mais musicale très rythmé. 
C'est agréable de lire la prose d'un très grand écrivain. 

Lire la suite

Lettres de mon moulin - Alphonse Daudet

28 Août 2014 , Rédigé par Bibli Donnezac Publié dans #Les Classiques

Lettres de mon moulin

Le Nord de la France, noyé dans les brumes, ignorait le Sud. Alphonse Daudet le lui fit découvrir par sesLettres de mon moulin. La Provence, celle de la mer et celle de la montagne, est apparue soudain avec ses troupeaux, ses belles Arlésiennes et ses parfums.
Un siècle plus tard, maître Cornille et son secret, la mule du pape qui retient son coup de pied, le curé de Cucugnan, le sous-préfet aux champs, tous ses personnages vivent encore avec la même intensité. Tristes ou gais, mélancoliques ou satiriques, ces petits textes sont des chefs-d'oeuvre de malice, de poésie et d'émotion.

 

Lire la suite

La Parure - Maupassant (POCKET)

28 Août 2014 , Rédigé par Bibli Donnezac Publié dans #Les Classiques

La Parure

Voici trois nouvelles exemplaires par le souci du détail vrai, la rigueur de la construction, la maîtrise du récit, l'art de la chute. « La Parure » dépeint avec alacrité le menu peuple des bureaux. « Sur l'eau » évoque la vie nocturne d'une rivière, ses bruissements mystérieux, sa faune secrète, ses maléfices, ses drames. « La Légende du Mont Saint-Michel » nous transporte au coeur du folklore normand où la roublardise paysanne fait bon ménage avec le goût du merveilleux.
Une même ironie, tantôt enjouée tantôt cruelle, sous-tend ces trois textes. Elle illustre la profonde acuité d'une oeuvre qui, de Boule de Suif au Horla, n'a cessé de mettre au jour avec une égale curiosité les ressorts inattendus de la mécanique humaine.

Lire la suite

Essais - Livre premier - Montaigne (POCKET)

28 Août 2014 , Rédigé par Bibli Donnezac Publié dans #Les Classiques

A l'âge de trente-sept ans, Montaigne se retire parmi ses livres. S'il veut désormais vivre en leur compagnie, et d'une certaine façon commenter leurs leçons, c'est moins pour les redire que pour se considérer lui-même à travers eux. Voici donc un portrait de Montaigne : portrait déconcertant puisque son auteur, qui pourtant publie ce livre, semble vouloir détourner le lecteur de s'attarder «en un sujet si frivole et si vain». Un maître de sagesse ? Même si des générations de moralistes ont vanté la sagesse de Montaigne, pour lui, il se garde de cette posture. Il lui suffit d'essayer d'être lui-même, mais il sait ? et nous apprend ? combien c'est là chose difficile. Qu'il entretienne ses lecteurs de la peur, du pédantisme, de l'éducation ou de l'amitié, c'est lui-même qu'il veut leur donner à entendre, sans complaisance mais aussi sans feinte humilité. Ce premier Livre, c'est un peu le livre des efforts de Montaigne pour parvenir à façonner sa voix.

L'édition proposée ici reproduit celle de 1595. C'est dans cette édition en effet - ou l'une de ses descendantes - que pendant les deux siècles qui suivirent la mort de l'auteur les Essais ont été lus ; nous en avons modernisé l'orthographe tout en en respectant la ponctuation, la disposition, et en la faisant précéder de la préface de sa première éditrice, Marie de Gournay.

Lire la suite

Pantagruel - François Rabelais (POCKET)

28 Août 2014 , Rédigé par Bibli Donnezac Publié dans #Les Classiques

Texte intégral + Clés de l'oeuvre

Fils de Gargantua, Pantagruel - qui, bébé, réduit son berceau en miettes, étrangle un ours et mange le jarret de sa nourrice - donne le coup d'envoi de la Renaissance française. C'est un bon géant, qui sème l'épouvante et dont les exploits surpassent ceux d'Hercule. Mais Rabelais lui préfère encore Panurge, l'homme à tout faire, éternel étudiant sans scrupules qui connaît soixante-trois manières de se procurer de l'argent, toutes assez malhonnêtes. Et ces deux monstres de se lancer dans des voyages fabuleux. Or, ces êtres prodigieux nous ressemblent, et le moine-médecin Rabelais est toujours là, bouillonnant de santé et de jeunesse, fou d'idées et de malice.

Lire la suite

Un cœur simple - Flaubert (Pocket)

28 Août 2014 , Rédigé par Bibli Donnezac Publié dans #Les Classiques

L'Histoire d'un coeur simple est tout bonnement le récit d'une vie obscure, celle d'une pauvre fille de campagne, dévote mais mystique, dévouée sans exaltation et tendre comme du pain frais. Elle aime successivement un homme, les enfants de sa maîtresse, un neveu, un vieillard qu'elle soigne, puis son perroquet ; quand le perroquet est mort, elle le fait empailler et, en mourant à son tour, elle confond le perroquet avec le Saint-Esprit. Cela n'est nullement ironique comme vous le supposez, mais au contraire très sérieux et très triste. Je veux apitoyer, faire pleurer les âmes sensibles, en étant une moi-même.
Gustave Flaubert.

 

Thèmes: la religion catholique, la mort, la famille, la satire sociale, l’avarice, la vie rurale, l’amour des animaux, l’égoïsme, l’éducation des enfants

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>